Transit

Encore une méthode d’observation indirecte où l’on se concentre sur l’étude de la lumière de l’étoile.  Ici, on tente d’observer les variations dans la luminosité de l’étoile. Si une exoplanète est en orbite autour d’une étoile et qu’elle passe entre l’observateur et cette étoile, on devrait constater une baisse de luminosité, et ce, de façon périodique. La mesure de la périodicité permet de calculer l’orbite de l’exoplanète et la modification de la luminosité nous indique la taille de l’objet. Plus une exoplanète est grosse, plus elle cachera une portion de l’étoile et donc, plus la luminosité de cette dernière sera atténuée. Cette méthode d’observation à l’avantage de ne nécessiter l’usage que de télescope de dimensions raisonnables. C’est une méthode facile d’emploi et, depuis le tournant des années 2010, est la méthode la plus prolifique. Toutefois, avec cette méthode, il n’est possible de détecter que les systèmes qui sont parfaitement alignés avec nos observatoires, lorsqu’il est possible de les observer par la tranche. 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *